Lecture en cours
Vincent Bailly : ses premiers mois en tant que directeur de l’Association Lavaux Patrimoine mondial (LPm)

Vincent Bailly : ses premiers mois en tant que directeur de l’Association Lavaux Patrimoine mondial (LPm)

Début 2021, Vincent Bailly a repris la direction de l’Association Lavaux Patrimoine mondial (LPm).

Elle a pour rôle d’assurer la gestion du site « Lavaux, vignoble en terrasses » inscrit depuis 2007 au Patrimoine mondial de l’UNESCO, à savoir la préservation et la valorisation des éléments qui ont permis son inscription.

Avec son vignoble d’un seul tenant, ses 10’000 terrasses, ses 400 kilomètres de murs et ses bourgs historiques, sa tradition viticole séculaire et ses vignerons toujours très actifs et produisant des vins d’une exceptionnelle qualité, la région est chère à Vincent Bailly.

Il revient sur cette nouvelle prise de fonction et ses premiers mois d’activité à la tête de l’association.

 

Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce nouveau challenge ?

Avant tout, la perspective de pouvoir m’investir pleinement pour ce vignoble si exceptionnel ainsi que pour celles et ceux qui ont fait et font de ce paysage culturel ce qu’il est aujourd’hui. Le poste proposé était à la conjonction de nombre de valeurs essentielles et structurantes pour moi : la défense de la terre et de ses artisans, l’apprentissage des rouages de cet écosystème complexe et passionnant mais aussi dans la rencontre de ses acteurs, leurs quotidiens, leurs défis, leurs apports et ce, afin de contribuer avec humilité et réalisme à préserver, valoriser et promouvoir un patrimoine encore très vivant.

 

Quelques mois après votre prise de fonctions, quel premier bilan dressez-vous ?

Je suis incroyablement heureux et fier d’avoir été choisi par le comité de L’Association Lavaux Patrimoine mondial pour occuper ce poste exceptionnel. La tâche est immense mais j’ai la chance d’être entouré de personnes d’univers très différents mais toutes incroyablement compétentes, ouvertes et passionnées par leur travail et par ce vignoble de Lavaux qui ne laisse personne indifférent. Cela m’a permis d’être très rapidement opérationnel et de reprendre directement des projets stratégiques.

 

Quels sont vos principaux objectifs pour l’Association Lavaux Patrimoine mondial en 2021 ? Quels sont les projets que vous aimeriez développer dans le futur ?

Premièrement, soutenir à 100% mon équipe qui ne m’a pas attendu pour faire un travail exceptionnel. En effet, fin août 2021, l’Association devrait inaugurer son centre d’interprétation, un musée dédié au site « Lavaux, vignoble en terrasses ». Cette exposition permanente se trouvera dans le même bâtiment que l’Association, dans la maison Buttin-de-Loës à Grandvaux, et sera le centre névralgique de toutes les activités et projets de médiation de LPm pour les années à venir.

©VincentBailly

 

Deuxièmement, assurer et finaliser la révision du plan de gestion du site. Ce document est la pierre angulaire de la stratégie de pérennisation, de valorisation et de développement du site pour les 7 à 10 prochaines années. Il doit présenter les projets et actions qui seront menés en Lavaux par les parties prenantes concernées pour garantir le maintien de son inscription à l’UNESCO. Ce document est produit grâce aux soutiens très proactifs de la Confédération, du canton de Vaud, des dix communes présentes dans le périmètre inscrit au patrimoine mondial, des vignerons et d’un nombre élevé d’experts de domaines très différents.

Ces deux projets d’importance doivent permettre également de faire connaître et reconnaître, très largement, les missions, le travail et les compétences de l’Association Lavaux Patrimoine mondial.

 

Comment jugez-vous le rayonnement international de la région de Lavaux ?

Par la beauté de son vignoble, la qualité de ses vins et évidemment son inscription à l’UNESCO, le vignoble de Lavaux est au cœur du dispositif promotionnel des offices en charge de faire rayonner le canton de Vaud en Suisse et dans le monde. Demander leur une image résumant le plus l’ADN du canton de Vaud, Lavaux sera leur premier choix dans la plupart des cas. C’est précisément ce qu’on fait les instigateurs du dépôt du dossier de candidature de Lausanne en vue d’intégrer le réseau international des « Great Wine Capitals » en 2018. La notoriété de Lavaux est donc forte en Suisse et dans le monde mais principalement par les efforts conjugués et coordonnés des acteurs de la promotion.

 

La région de Lavaux a-t-elle souffert du manque de touristes depuis une année ?

Oui, c’est évident. La crise sanitaire ayant provoqué la fermeture des frontières, le nombre de touristes étrangers s’est contracté massivement. Toutefois, les Suisses allemands sont venus en nombre et ont quelque peu atténué la baisse du tourisme exogène.

Ce qui a le plus impacté l’économie du périmètre Lavaux c’est avant tout les restrictions sanitaires imposées à ses acteurs. En effet, la fermeture des restaurants, des caves et caveaux et de la plupart des activités touristiques a largement limité la venue et la consommation de la population régionale et locale.

Les opérations menées par l’État de Vaud (WelQome), l’Office du Tourisme du Canton de Vaud (Vaud à la carte) et l’Office des vins vaudois (Caves ouvertes à la carte) ont, grâce à leur déploiement sur les supports digitaux, injecté de l’argent frais dans l’économie vitivinicole vaudoise et donc de Lavaux, ce qui a permis de limiter quelque peu la perte de chiffres d’affaires.

 

Quel lien entretenez-vous avec les vignerons et vigneronnes de la région ? Comment se passe la collaboration ?

Mon arrivée à ce poste étant récente, je n’ai évidemment pas eu encore le temps de rencontrer beaucoup de vignerons et vigneronnes en Lavaux. Mais celles et ceux avec qui j’ai eu la chance d’échanger, principalement dans le cadre des projets dont j’ai la gestion, m’ont accueilli avec beaucoup de bienveillance et avec l’envie de m’informer rapidement sur les enjeux et défis auxquels ils doivent faire face au quotidien. Être vigneron dans un site inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO représente évidemment un atout de taille mais présente également des contraintes à ne pas sous-estimer.

Franchise, transparence et envie de transmettre sont actuellement les maîtres-mots qui qualifient les échanges que j’ai eu avec eux. Je les remercie énormément de cette ouverture d’esprit et de cette envie de communiquer dont ils me font bénéficier.

Cette relation de confiance me permettra, à terme, d’avoir une vision aussi précise que possible de la situation. Ce faisant, je devrais être en mesure d’élaborer une stratégie permettant à LPm de contribuer, dans les limites de ses missions, à assurer la pérennisation d’une vitiviniculture durable et rentable en Lavaux ce qui représente le facteur le plus important garantissant le maintien de l’inscription du site à l’UNESCO.

 

Selon vous, quels grands changements vont être amenés par la crise sur le marché du vin suisse ?

Dans le cadre de la veille économique territoriale du périmètre Lavaux  produite chaque année en avril par LPm sous mandat de Promove, l’organe officiel de la promotion économique de la Riviera et de Lavaux, il ressort qu’un des impacts principaux de la crise est l’évolution des priorités dans les canaux vente du vin.

Ainsi, en Lavaux et en temps normal, la vente directe physique, la vente au secteur de l’hôtellerie-restauration et l’événementiel sont les canaux privilégiés par les vignerons.

Les restrictions sanitaires ont ainsi limité très fortement les contacts humains en général. Mesures qui se sont matérialisées par la fermeture des restaurants, l’annulation de presque tous les événements et l’interdiction de la vente directe au domaine. Ce faisant, les vignerons n’ont pas eu de choix que de se tourner vers des canaux moins impactés par les restrictions. L’un des principaux étant évidemment le canal digital.

Il en résulte une double tendance : un besoin croissant de modernisation de l’écosystème digital des vignerons et plus spécifiquement le déploiement, l’optimisation d’une interface de vente en ligne ; une nécessité accrue de formation dans ce domaine dans la perspective d’optimiser la vente par l’usage des canaux d’acquisition et de promotion digitaux (site internet, réseaux sociaux, newsletter, etc.).

La digitalisation du processus de vente est à mon sens l’un des enjeux majeurs du secteur vitivinicole catalysés par la crise sanitaire. Or, nombre de vignerons ne sont pas armés pour l’affronter seuls et devront pouvoir compter sur des organismes qui s’emploieront à les former et les aider pour qu’ils y arrivent aussi.

 

Que représente Lavaux à vos yeux ? Cette région a-t-elle toujours résonné pour vous ?

Lavaux est un vignoble que je sillonne de longue date et régulièrement dans mon temps libre parce que je m’y sens exceptionnellement bien. Sans y avoir de véritables racines, je m’y sens profondément ancré. J’y ai pris mes premières photos de paysages, de couchés de soleil, de grappes de chasselas, de concerts en tant que photographe officiel du Cully Jazz Festival ; je m’y suis marié, y ai passé de nombreuses journées dans le cadre des dix Caves ouvertes vaudoises auxquelles j’ai participé et plus récemment, je l’ai survolé pour prendre des séquences vidéo avec mon drone. De plus, combien de personnes peuvent dire en toute simplicité qu’il traverse tous les jours un site inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour se rendre au travail…

 

CV Express

Identité : Vincent Bailly, 40 ans, marié et père de trois enfants. Fier vaudois vivant à Vevey.

Formation :

  • Master en Lettres à l’UNIL avec pour branches la géographie, le journalisme, l’informatique et les statistiques appliquées aux sciences humaines.
  • Journaliste RP avec spécialisation en multimédia auprès du CRFJ réalisée en cours d’emploi à AGIR et au journal agricole Agri.
  • CREA Geneve : diplôme de management et en marketing digital

Expérience :

  • Agence d’information agricole romande (AGIR) : chef de projet et journaliste durant cinq ans
  • Office du Tourisme du Canton de Vaud : chef du service Information et développement multimédia durant sept ans

 

En savoir plus sur www.lavaux-unesco.ch

Voir les commentaires (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*

code

© 2020 Swiss Wine Lovers by Swiss Wine Directory Sàrl | Elitia Group Sàrl. All Rights Reserved.